Non classé

Comment apprendre chaque jour sur le vin

Comment apprendre chaque jour sur le vin

Cet article participe à l’événement lancé par le blog Voyages en Pages sur le thème “Comment faire entrer une nouvelle pratique dans son quotidien“. D’ailleurs, si vous souhaitez vous mettre au dessin, ou que vous vous voudriez vous lancer et faire votre propre carnet de voyage, vous pouvez aller voir …

Ah comme on est enthousiaste quand on commence à apprendre de nouvelles choses ! Le vin ne fait pas exception. On a le feu sacré, on parle des dernières choses que l’on a appris dès que l’occasion se présente, dès que le sujet d’une conversation s’y prête un peu… 

Apprendre, c’est top

La curiosité est un vilain défaut. Vous aussi vous avez entendu ça dans votre enfance? Sans doute de la part de votre grand père ou d’une tante un peu moralisatrice? Et combien d’entre vous sont encore d’accord avec ce dicton aujourd’hui?

La curiosité est le moteur même de l’apprentissage, de l’évolution personnelle. Elle est un outil et peut en tant produire du mal – “tiens, je me demande ce que ça fait de fumer” – ou du bien – “Pourquoi cette foutue pomme m’est tombée sur le coin de la trogne?”. De mon point de vue, la curiosité est une flamme qui s’allume dans l’enfance et qu’il est primordial d’entretenir tout au long de notre vie. 

Connaître les outils pour apprendre, c’est mieux

C’est bien sympa de vouloir développer ses connaissances sur un sujet, mais encore faut-il savoir comment. Que pouvez-vous mettre en place dans votre quotidien pour vous améliorer dans votre approche du vin? 

La pratique consiente, technique magique pour pas un rond! 

Il y a des habitudes très simples qui peuvent vous permettre de vous améliorer dans votre approche du vin? Par exemple, prenez le temps deux à trois fois par jour de sentir quelque chose. Ca peut être n’importe quoi : une fleur, un fruit, les vapeurs d’essence à la station service, une odeur de cuisson qui sort du four, celle du café tout juste coulé pendant la pause au boulot, etc. 

L’important, c’est que vous SENTIEZ attentivement cette odeur, que vous essayiez d’en discerner chaque nuance, chaque variation, que vous vous efforciez de graver dans le marbre de votre cerveau cette sensation. Cela vous permettra à terme de développer votre odorat et votre mémoire olfactive, ce qui va grandement vous aider lors de vos prochaines dégustations. 

Astuce de mémorisation

Si c’est plus sur la partie théorique que vous bloquez, c’est une autre histoire. Si par exemple vous ne vous souvenez toujours pas si le merlot est un cépage de Bordeaux ou des Côtes du Rhône, ou si vous voulez retenir les noms des six climats de Morgon par exemple, il y a une technique ultra efficace et assez simple à mettre en pratique :

  • Découpez des cartes de mêmes taille et forme dans des feuilles de papier épais (team fiches bristol de mon côté)
  • Écrivez en recto verso les infos correspondantes
    • Exemple : recto = Merlot, verso = principal cépage de Bordeaux
  • Créez ainsi un paquet de “cartes mémo” et prenez un moment chaque jour pour vous tester sur une dizaine d’affilée. 
  • Si vous répondez juste ( en associant la bonne information à celle que vous lisez), vous retournez la carte et la placez à l’arrière du paquet (de cette façon, vous devrez associer les informations dans l’autre sens la prochaine fois). 
  • Si vous vous trompez, vous insérez la carte au milieu du paquet sans changer de sens. 

Et voilà le travail ! D’ici quelques semaines, vous serez totalement incollable. Notez que cette technique fonctionne pour tout, c’est juste un hack d’apprentissage génial ! 

La boîte du technicien

Il y a un outil technique je je trouve absolument génial, bien qu’un poil onéreux : les coffrets d’arômes. Il s’agit d’assortiments de petits flacons contenant des arômes correspondants à ceux que vous trouverez lors de vos dégustations. 

Le grand classique dans ce genre, c’est Le Nez du Vin aux éditions Jean Lenoir. Le grand coffret de cinquante quatre arômes est publié à 300€ sur le site mais vous pouvez le trouvez à la moitié de ce prix là si vous cherchez régulièrement sur Le Bon Coin ! 

Et si cela est trop cher, vous pouvez totalement commencer par le premier coffret de 6 arômes majeurs à 25€. L’essentiel, comme toujours, c’est de s’y mettre !

Si vous souhaitez aller plus loin dans les méthodes d’apprentissage du vin, j’ai écrit un article qui y est entièrement dédié JUSTE ICI.

Comment exploiter au mieux ces techniques

C’est vrai qu’on est super motivé au début. On veut toujours en faire plus pour apprendre, on passe des soirées entières à lire ou tester des choses. 

Et puis le temps passe, et les quelques minutes quotidiennes que l’on passait à apprendre avec passion finissent pas être hebdomadaires, voire mensuelles, puis carrément exceptionnelles… 

On se lasse, c’est normal. Et pourtant, au fond de nous, on aimerait bien tenir le coup, apprendre encore plein de choses… Mais est-ce qu’on est prêt à maintenir l’investissement, maintenant que l’engouement du début est retombé? 

Pas vraiment. 

La potion magique contre l’abandon

L’apprentissage du vin, comme tous les apprentissages demande de la discipline et un peu de focus. Le problème, c’est que notre société actuelle propose tellement de distractions constantes qu’il est très difficile de se focaliser sur une seule chose. 

Le temps que l’on se réserver pour lire un article de blog ou regarder une vidéo éducative, on finit par le passer sur Facebook ou devant un podcast qui (soyons honnêtes) est vachement plus drôle.

Heureusement, il y a un “outil” très puissant pour maintenir le cap que l’on s’est fixé. L’habitude.

Le poète et dramaturge anglais John Dryden disait : “Nous façonnons d’abord nos habitudes, puis nos habitudes nous façonnent”. C’est dans cet esprit que j’encourage tout ceux qui veulent apprendre le vin – ou tout autre chose – à s’appuyer sur la force de l’habitude. Mais comment les façonner?

Une habitude, c’est facile (et ça DOIT l’être)

En fait, il faut prendre en compte un certain nombre de facteur pour faciliter la mise en place d’habitudes pérennes. D’abord, il est nécessaire de faciliter au maximum la mise en oeuvre des habitudes. 

Voyons un petit exemple hors sujet pour bien visualiser. Imaginons que vous souhaitiez vous mettre à la guitare et apprendre à en jouer. A votre avis, il vaudrait mieux laisser l’instrument au fond du garage ou le poser juste à côté de votre canapé? 

Evidemment, si vous laissez des bouteilles de rouge ouvertes sur la table basse, votre prestige social risque de baisser un peu. 

En revanche, si vous gardez “Le Goût du vin” d’Emile Peynaud sur votre table de chevet pour en lire quelques paragraphes chaque soir, vous apprendrez.

Si vous vous abonnez à une box vin qui vous livre une fois par mois une bouteille que vous destinez spécifiquement à une dégustation studieuse, vous avancerez. 

Si vous vous décidez de prendre chaque jour le temps de sentir une nouvelle épice, un nouveau fruit, une nouvelle fleur, bref, une nouvelle odeur, vous développerez votre nez. 

La méthode secrète pour apprendre plus efficacement 

Vous savez quelle est la meilleure méthode d’apprentissage du monde ?  Je ne vous parle pas de méthode pédagogique mais simplement de la meilleure façon d’apprendre, celle qui a été validée par des siècles (si pas des millénaires) d’évolution. Le jeu

Le jeu est la méthode d’apprentissage privilégiée dans la nature, que ce soit au sein des prédateurs ou des proies. Les loups jouent à se battre et se chasser entre eux. 

Les pieuvres jouent à se cacher, les singes à se poursuivre dans les arbres en devenant ainsi toujours plus agiles. C’est à dire que dans un monde ou une inadaptation peut signifier la mort, la méthode d’apprentissage c’est le jeu. 

Si ça ne suffit pas à vous convaincre de l’efficacité profonde du jeu pour apprendre, je ne sais pas ce qu’il vous faut. Mais comment utiliser la formidable puissance du jeu pour créer et garder ses bonnes habitudes? 

Le pouvoir de la ludification

La ludification désigne l’application de mécanismes du jeu dans d’autres domaines – merci Google pour la définition. Elle est notamment appliqué dans l’apprentissage (on a alors tendance à plutôt utiliser le terme de ludicisation). 

C’est cette méthode que vous pouvez appliquer dans votre apprentissage pour mettre toutes les chances de votre côté et garder vos bonnes habitudes. Oui, bon d’accord, mais comment? Voyons un peu les principes du jeux que vous pourriez exploiter ici. 

  • La collection : tout comme ces jeux où vous gagnez peu à peu des badges (syndrome de Pokémon) ou des récompenses collectionnables, vous pouvez : 
    • Garder sur une étagère dans votre cave les verres acquis dans les salons du vins que vous avez visité
    • Prenez une photo des étiquettes de vos vins préférés
    • Goûter un vin de chacun des seize vignobles français
    • Garder le bouchon de chaque bouteille que vous dégustez. Dans un vase ou une vasque transparente, ça fait une déco sympa en plus !
  • Le défi : se fixer des challenges à relever est une excellente façon de maintenir une progression. Un peu comme les achievements très présents dans les dernières générations de jeux vidéos. Par exemple, prenez une photo pour marquer : 
    • La première fois où vous avez reconnu un cépage à l’aveugle
    • Votre meilleure dégustation, le vin que vous avez préféré de toute votre vie. À présent, votre objectif est de remplacer cette photo, de trouver un vin qui détrône le premier.
    • La soirée dégustation que vous avez organisée pour vos amis 
  • La communauté : l’interaction avec d’autres joueurs est une chose primordiale. Cela permet de garder un niveau de motivation constant en s’engageant auprès d’autres enthousiastes. Pour ça, plusieurs solutions : 
    • Les clubs d’oenologie : ils sont moins rares qu’on le pense, alors renseignez vous !
    • L’un de vos amis souhaite peut-être aussi se lancer dans l’apprentissage du vin. Même une seule personne qui vous tient compagnie peut faire la différence entre une pratique assidue et un abandon prématuré (comme pour l’inscription à la salle de sport, jamais tout seul !)
    • Rejoignez l’un des nombreux groupes sur les réseaux sociaux et PARTICIPEZ !
  • La boucle d’engagement : l’idée ici est de vous récompenser régulièrement lorsque vous faites des progrès dans votre apprentissage. Et pour ça, voilà quelques idées : 
    • Aider d’autres personnes à progresser (d’où l’avantage d’avoir un ou des “amis d’apprentissage”). Ceux qui ont eu l’occasion d’enseigner le savent bien : transmettre son savoir n’est pas seulement ultra gratifiant, ça vous permet aussi de l’ancrer plus profondément en vous. 
    • Tenez un journal d’apprentissage. Parfois, on ne se rend même pas compte que l’on progresse. Voir réellement où vous en étiez il y a quelques semaines ou mois et tout le chemin parcouru fera toute la différence et vous maintiendra dans votre routine. 
    • Évitez de faire plus que prévu. Ça peut paraître contre-intuitif, mais lorsque vous avez atteint votre objectif de la journée/semaine/mois… bah reposez vous! Si vous voulez lire un livre sur le vin par mois et que vous l’avez fini le 20, ne vous forcez pas à enchaîner sur le suivant. Ça serait le meilleur moyen pour vous dégoûter petit à petit. Ajustez vos objectifs de manière plus formelle, mais soyez progressif. 

Et si vous ne savez pas trop comment mettre en place un système de ludicisation de votre apprentissage, pas de souci ! D’autres se sont chargés de vous faciliter la tâche. 

Un précieux allié dans votre smartphone

Habitica est un programme en open source de renforcement des habitudes qui reprend les codes du jeu de rôle. Le principe est simple : vous vous fixez des objectifs – to do list, objectifs quotidiens ou récurrents – en indiquant le niveau de difficulté qu’ils représentent pour vous. 

Lorsque l’objectif est rempli, vous le validez dans le jeu et vous recevez des récompenses sur l’appli. Vous faites ainsi évoluer votre avatar tout comme dans un RPG classique. Un outil clef en main pour cadrer votre apprentissage. 

N’hésitez pas – si vous aimez le concept et que vous utilisez l’application – à multiplier les tâches de niveau facile. Même une faible progression représente un boost pour le moral et la motivation. Et il n’y a rien de plus simple !

Un rien vous aidera

Il est important d’avoir, dans votre temps dédié à la pratique, des activités qui demandent un effort minime, voire pas d’effort du tout. Ça permettra d’éviter que votre cerveau associe l’apprentissage du vin à quelque chose de négatif. Mais comment faire?  Il suffit de détourner une de vos activités de détente pour l’associer au vin. 

Par exemple : vous avez pour habitude d’allumer la radio le matin pour aller au boulot? Pourquoi ne pas essayer d’écouter sur votre trajet un podcast sur le monde du vin? Ils sont nombreux et souvent très qualitatifs. Dans ma petite playlist, j’ai notamment celui de Yann Rousselin intitulé Le Vin Pas à Pas qui est parmi les plus clairs et pédagogiques selon moi. 

Même chose si vous aimez autant que moi traîner sur Youtube. Abonnez-vous à une chaîne sur le thème du vin et vous tirerez le meilleur de cette demi heure de flemme au moins une fois de temps en temps ! Je  ne saurais que trop vous conseiller dans ce cas là la géniale chaîne Vin stache de Loïc Geoffray qui produit des vidéos d’une extrême qualité. 

Et si vous êtes plutôt branché lecture, vous pouvez également suivre un blogueur vin dont le contenu vous parle pour avoir régulièrement un article sur le sujet. Si les miens vous plaisent, n’hésitez pas à suivre le blog Tous Sommeliers pour ne rien rater des nouveaux articles.

Enfin, il ne faut pas oublier la chose la plus simple et agréable à faire pour se détendre en restant “dans le bain”… Un petit verre de vin à savourer tranquillement sur son canapé de temps en temps (avec modération bien sûr). 

Les habitudes ont la vie dure… 

… et c’est tant mieux ! Parce que ça signifie qu’une fois prises, quand vous les avez façonnées avec soin, vous les garderez aussi longtemps que vous le voudrez. Elles feront partie de votre quotidien, de votre routine et de votre vie. 

Et rien n’est plus puissant que l’habitude lorsque l’on veut apprendre ou créer. Maintenant, vous n’avez plus d’excuses… 

Excellente dégustation !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

8 commentaires

  • Valentine

    J’aime ta proposition de déguster en pleine conscience : prendre vraiment le temps d’apprendre à déguster et ressentir (au sens premier : avec tous nos sens) ce que cela éveille en nous. Une belle façon de mémoriser des arômes, saveurs, mais également les sensations et éventuellement émotions que l’on y associe 🙂

    • Arthur Communal

      Effectivement, c’est une méthode avancée pour encore mieux mémoriser. Mais c’est toujours un peu bizarre d’expliquer que mon repère pour le pinot gros, c’est la tarte aux poires de ma mère 🙂

    • Arthur Communal

      J’aime faire des mélanges inédits 😉
      Merci pour la commentaire Manu. La vidéo c’est la prochaine étape, je travaille dessus, promis ! Tu me feras une analyse !

  • Pierre-Favre

    Pas mal l’astuce de mémorisation, mais je proposerai, en plus de retourner la carte et la mettre au dos du paquet, de boire un verre de vin 😀
    « le jeu est la meilleur méthode pédagogique » tu n’aurais pas lu Idriss Aberkane toi par hasard? 😉 j’ai fait un résumé de son livre « libérez votre cerveau » mais comme je ne sais pas si tu accepte les liens dans tes commentaires je ne l’y mets pas

    • Arthur Communal

      Il fait partie de mes lectures oui ! Tu peux, je modère manuellement 😉
      Et l’astuce de mémorisation, je l’ai piquée à Fabien Olicard et je l’ai utilisé pour les examens de mes certifications vins dernièrement. Il faut s’inspirer de tout 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *